L’aigle noir

« De son bec, il a touché ma joue
Dans ma main, il a glissé son cou
C’est alors que je l’ai reconnu
Surgissant du passé
Il m’était revenu

Dis l’oiseau, O dis, emmène-moi
Retournons au pays d’autrefois
Comme avant, dans mes rêves d’enfant
Pour cueillir en tremblant
Des étoiles, des étoiles »
Paroles de L’aigle noir, de Barbara.
Le buste a été cuit à côté de celui de Florence Aubenas, dont je parlerai dans un prochain article.

Jours de silence

Minuit.

Épuisé.

Après quelques jours d’incertitude, cette nuit je pense bien dormir. Tout va mille fois mieux depuis que la solution s’est montrée. J’écrirai un article sur le sujet. Pour l’instant,  les images d’un buste en processus et d’une fin de journée…

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑