Victor Hugo et le Patrimoine

Victor Hugo sous le feu de la patine

Victor Hugo écrit au sujet de la sculpture dans un passage de Notre Dame de Paris. Il explique qu’elle constituait la base du langage utilisé par l’Histoire. Chaque monument de nos villes possédait une information essentielle pour comprendre une époque. La sculpture liée à l’architecture organisait notre mémoire. Jusqu’au jour où l’imprimerie de Gutenberg est arrivée : le papier remplace la pierre. Une production bien plus importante en quantité et en diffusion se développe. C’est la mort des cathédrales. 


Etant donné qu’il en parle en tant qu’écrivain, on peut se dire qu’il se réjouit de ce changement. L’importance que prend le livre est positive pour lui. Mais aujourd’hui, qu’est-ce qu’il dirait de notre révolution numérique ? La quantité d’information, de « data », s’est multipliée exponentiellement. Bien plus importante que celle que le papier transmet. Mais sans matière. Et bien plus vulnérable en termes de pérennité que l’imprimerie. Il suffirait pour ceux qui veulent arrêter notre progrès, de s’attaquer aux câbles optiques, aux satellites, aux serveurs pour tout détruire. Il ne resterait rien. Notre mémoire humaine repose sur une électronique assez fragile. 


Et notre rôle dans tout cela ? Ce que nous faisons s’inscrit dans le virtuel d’une façon ou d’une autre. La petite reconnaissance que notre travail artistique trouve, c’est grâce à cette révolution, pas à la matière. Le public qui découvre nos œuvres sur des écrans est bien plus nombreux que celui qui vient à l’atelier ou dans nos expositions. 
Certains artistes finissent par oublier l’aspect matériel pour se consacrer à la promotion virtuelle. Nous considérons que c’est une erreur. La matière doit rester au centre de la création. Même pour la musique, à la base, il doit y avoir un instrument.


Nous travaillons en même temps avec les mots, avec les images, avec les vidéos, et avec la pierre. Nous cherchons à mieux comprendre le rapport de l’humain avec sa forme terrestre et spirituelle. Le lien entre les deux. Le pont entre l’esprit et la chair. 


La sculpture revient sur la scène de nos sociétés fatiguées du vide laissé par la dépendance que nous avons de la data, des données. Le cerveau humain adore gérer la quantité infinie d’information à laquelle il se trouve soumis sur nos écrans. Mais quand ceux-ci s’éteignent, un vide terrifiant nous envahit. On cherche une nouvelle forme de pérennité. Les selfies, cette manie moderne qu’on voit partout, dans les musées, devant les monuments, aux restaurants, dans les événements publics et même dans les cimetières, sont un symptôme de cela. Nous voudrions laisser des traces de notre passage sur Terre. Mais c’est inévitable : tout le monde commence à se rendre compte que ces images sont juste des gouttes dans un océan. Nos traces sont insignifiantes.


La matière reprend de l’importance dans la conscience collective.
A ce propos, nous allons exposer au Salon du Patrimoine au Louvre à la fin du mois (salle Gabriel stand A20). Si vous êtes intéressé, n’hésitez pas à nous demander une invitation à artiste@art-france.fr. Autrement, les portes sont ouvertes au public (11 euros l’entrée). 

Je reprends mon blog, oublié ces derniers temps d’angoisses variées et étranges. Nous reprenons la construction de notre monde, virtuel et moins virtuel. L’énergie créatrice est de retour. Bientôt un article consacré au Salon International du Patrimoine Culturel où nous participons.

Jeu de miroirs et de mémoires (médaillon de Simone Veil)

(Pour lire l’article publié sur le Dauphiné Libéré, cliquez ici)

« J’espère que nous ne croiserons pas de policiers ; on risque une amende », me dit la Poétesse inquiète, car la veille on a acheté une vieille Peugeot et on n’a pas la preuve de l’assurance. Après plus de cinq heures de route, la voiture pleine de pierres de la carrière de Tavel où nous nous sommes arrêtés, nous arrivons près de Sisteron. « Vous êtes arrivés à votre destination finale« , nous dit la voix féminine du GPS, avec son ton toujours aimable mais expéditif. Nous nous retrouvons avec notre chienne et nos 300 kg de pierres au milieu d’un champ plein de moutons. Nous nous dirigeons vers une ferme où un paysan est en train de nourrir ses bêtes. Il s’approche méfiant. Un gros chien de berger court vers la voiture. Quand j’ouvre la vitre, Isis se met à aboyer furieuse. La Poétesse essaye d’écouter le directeur de cabinet au téléphone, qui lui donne les instructions pour arriver. Je serre le collier de la chienne pour la faire taire, mais elle se met à hurler. Le fermier s’éloigne encore plus méfiant devant la scène chaotique. La Poétesse raccroche sans avoir entendu les instructions pour arriver à l’inauguration. Je mets marche arrière et on part vers la ville. Il nous reste quelques minutes. On voit de loin une quantité importante de policiers. Sensibles aux charmes de notre chienne fatiguée, des femmes policiers nous permettent de nous garer en zone interdite dans le parking déjà plein. Nous partons tranquilles, la voiture est surveillée par la police, ce qui empêchera qu’on nous colle une amende. Nous arrivons une minute avant que Christophe Castaner coupe le ruban.

médaillon Simone Veil - Lartigue

Simone Veil a vécu l’Holocauste, elle a vu des scènes que nous ne pouvons pas imaginer aujourd’hui. Ses beaux yeux sont restés pour toujours imprégnés de l’horreur, imbibés d’ombre, tout en gardant l’étincelle qu’ont ceux qui contemplent le présent et qui fabriquent le futur, sans jamais perdre l’espoir.

Elle a été souvent photographiée, pas seulement à cause de la place importante qu’elle méritait dans notre société, ni à cause de sa beauté, mais plutôt par sa présence, son allure d’une immense dignité. Elle a su échapper au statut de victime. Les photographes ont cherché à attraper la profondeur de son regard. Je réalise son buste à partir de leurs clichés. Nous l’exposons au Salon des maires. Le maire de Sisteron, qui l’a connue, retrouve peut-être dans le buste le regard qui l’a marqué. Il nous commande un médaillon pour la future école Simone Veil. Elle observera des générations arriver et partir. Les enfants se rappelleront le regard intense et le petit sourire critique mais bienveillant de cette femme qui « a fait l’Histoire », comme l’a bien signalé Christophe Castaner dans son discours hier : « Il y a des gens qui marquent l’Histoire… il y a aussi des gens qui font l’Histoire. Simone Veil faisait partie de ceux qui font l’Histoire… »

Les enfants interprètent une chanson d’Anne Sylvestre adaptée pour Simone Veil. Ils connaissent par coeur les citations qu’ils doivent intégrer à la chanson. Le résultat est touchant. Sans tomber dans le pathos, j’essaie d’imaginer le visage ému de Mme Veil devant ce groupe d’enfants. Je vois ses yeux légèrement humides, sans qu’elle perde son éternel sourire.

Le maire Daniel Spagnou nous a donné carte blanche pour réaliser l’œuvre. Pour nous, la condition idéale pour créer est celle de la confiance. Nous remercions Monsieur le maire de Sisteron de nous avoir permis d’honorer cette femme en imprégnant l’argile de sa beauté et de sa force : Simone Veil a donné une nouvelle direction à l’Histoire de France.

Photos @JulietteMarne

CLIQUEZ SUR LA VIDEO :

 

Pour voir le buste que j’ai réalisé de Simone Veil, cliquez ici Simone Veil par Lartigue

 

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑