Ce diaporama nécessite JavaScript.

(pour lire l’article précédant sur la réalisation de cette oeuvre, cliquez ici)

« Si le chaman est celui qui détient le plus profond et véridique savoir, si le prophète est celui qui dénonce et qui annonce, alors on peut se demander si leur mission n’a pas conjointement ressuscité depuis les Lumières sous une nouvelle forme chez certains artistes et écrivains ».

« Le chamanisme apportait jusqu’à l’extrême une façon d’entrer dans l’invisible, dans le monde autre – pour le chaman le monde des esprits, pour l’artiste ou l’auteur d’aujourd’hui devenu le monde de l’esprit. »

« Toute création artistique comporte une coopération variable entre un état second d’inspiration, sorte de transe atténuée, ou demi-transe, et l’état conscient. »

« Si on prend le cas du portrait, le peintre ressent un état de semi-transe, de semi-possession par la personne qu’il représente. »

Evelyne, une amie passionnée d’art, m’a prêté le livre Sur l’esthétique d’Edgar Morin. Il parle de cet état de semi-transe et de possession qui me surprend chaque fois que je réalise un buste. Une espèce d’acceptation de se laisser envahir par une volonté étrangère pour que les mains travaillent mieux. Le philosophe ne savait pas qu’il serait un jour le modèle en question, celui qui possède l’artiste pour la réalisation d’une oeuvre qui restera sur Terre plus longtemps que nous. J’espère faire arriver à lui un jour l’image de son propre buste.