Une amie m’a montré la photo d’un reliquaire dans un livre ancien sur l’art. Un visage d’une jeune femme avec une expression à la fois innocente et d’une beauté extrême attire l’attention surtout à cause de ses yeux mi-clos avec les sourcils levés accentuant la finesse du nez pointu. On devine une douleur et une envie de montrer la pureté de son âme. Pourtant les lèvres laissent dévoiler un aspect légèrement espiègle, ce qui donne au visage une touche de sensualité. J’ai réalisé le buste en m’inspirant de cette image.

J’ai parlé de Sainte Fortunade dans l’article : Du temps liquide, du brouillard et d’une sainte (cliquez ici).