Ce regard… Jean Mermoz semblait conscient de sa place dans l’Histoire

jean-mermoz-par-gerard-lartigue

Buste récent, taille naturelle, d’un grand aventurier. Cette fois, une simple photo et c’est tout.

3 commentaires sur “Ce regard… Jean Mermoz semblait conscient de sa place dans l’Histoire

Ajouter un commentaire

  1. « Comment pouvais-je vraiment attendre dans cette nuit d’enfer l’arrivée d’un avion ? Et voilà qu’au bout d’une heure j’entendis le bruit d’un moteur tourner autour du terrain. Je me ruai hors de ma cabane, je hurlai : « Forcez les feux ! » Mais on avait beau les arroser d’essence, moi-même, à trente mètres je ne les voyais pas. « Il ne trouvera pas, il ne peut pas trouver », me disais-je. Il va se casser la « figure ». Comme je répétais cela, Mermoz atterrit impeccablement dans le triangle des feux. Il avait l’air de sortir d’une rivière. Il riait, « le courrier, vite ! » cria-t-il. Et il décolla dans le noir, dans le déluge.
    Thomas passa la main sur son front. Dix années s’étaient écoulées depuis cette veille terrifiée, depuis cette apparition d’Apocalypse. Pourtant, sa voix eut un frémissement presque superstitieux lorsqu’il ajouta, parlant du cavalier ruisselant de la nuit :
    – Je ne comprends pas, je n’arrive pas à comprendre. »

    « Mermoz » (1938), Joseph Kessel, éd. Gallimard, coll. « Folio », 2007 (ISBN 978-2-07-036232-5), p. 251

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :